Vous êtes ici : Accueil > Vie du Lycée > Scolarisation et situations de handicap > Scolarisation et situation de handicap
Publié : 17 février 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Scolarisation et situation de handicap

Conseils pour mieux gérer une scolarité différente

Petits conseils pour aborder les différentes situations de handicap

• Au début du cours, faire le point sur « là où on s’est arrêté au dernier cours »
• Noter au tableau les notions abordées pendant le cours et/ou le vocabulaire nouveau ou difficile à comprendre
• Aborder les différents points du cours dans l’ordre : chronologique ou logique ou avec des indications de repères suffisantes pour que les élèves sachent où ils en sont
• Terminer les phrases commencées : ce qui est implicite pour nous ne l’est pas pour eux
• Dans le même ordre d’idées, ne pas couper une démonstration par exemple, à cause d’une question posée par un élève, ou bien : le préciser, et reprendre là où on en était
• Ne pas prendre pour acquis quand un élève dit qu’il a compris : vérifier (si possible) en le faisant reformuler (quand il s’agit bien sûr d’une notion nouvelle ou importante)
• Nos jeunes en situation de handicap ont parfois du mal avec l’abstrait : passer par le concret le plus possible, ainsi que par des schémas, des tableaux, etc.
• Prévoir les cours pour ceux qui ne peuvent pas prendre de notes (sourds, certains dys, certains autistes) : cela leur permet de mieux vous écouter (vous pouvez prévoir des « cours à trous » ou bien des cours sans les titres, qu’ils devront ajouter, …)
• Ne pas noter l’orthographe quand la notification montre qu’une dyslexie importante, par exemple, ne permet pas à l’élève d’écrire correctement le français. Quand c’est possible, privilégier l’évaluation orale et/ou accepter qu’il rende une copie tapée sur ordinateur.
• S’assurer que les élèves ont bien compris les consignes (privilégier celles qui sont données par étapes et/ou par ordre chronologique) afin de les noter sur leurs connaissances et non sur leur incompréhension. Les autistes scolarisés au lycée, par exemple, ont besoin d’être guidés dans leur travail. Il ne s’agit pas de donner des réponses mais de s’assurer qu’ils ne sont pas bloqués par le nombre des différentes tâches qu’ils doivent effectuer.